Réunion de section Bonnieure-Tardoire

(septembre 2016)

 

Présents : 22

 

Encore de beaux échanges lors de ces fraternelles retrouvailles !

 

Pierre LAURENT

Alain introduisit la réunion en développant et lançant à analyse la projection du document de notre Secrétaire national, Pierre Laurent " 2017 : construire une perspective de victoire ".

 

 

Aujourd'hui, plusieurs candidats(es), potentiellement prêts pour 2017, et présentant des programmes cousins (éloignés pour certains d'entre eux, mais cousins quand même...) de notre courant semblent être prêts à une réelle rupture avec ce système faisant continuellement des ponts d'or aux politiques libérales. Il nous faut une union, mais un seul candidat portant l'ensemble de ces forces, faute de quoi, nous courrons à la catastrophe par l'élimination de tous ceux qui prétendraient pouvoir réussir en y allant seul..

 

"C'est dans ce contexte que la conférence nationale du PCF va examiner les choix politiques.
C'est également dans ce contexte que Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a, dans un courrier aux candidats et organisations de gauche, émis le souhait de les rencontrer avant le 5 novembre" (L'Humanité du jeudi 13 octobre 2016)

 

 

 

el khomri

S'ensuivit un rappel des faits concernant Nicolas Merle (le fils de notre camarade Rémy) et son arrestation injustifiée à Bordeaux, en marge des manifestations contre cette foutue loi El Khomri. Condamné abusivement, et simplement pour servir d'exemple à la "répression" commandée par l'exécutif, cette affaire n'est pas terminée et nous pouvons encore compter sur la défense de son avocat pour le sortir de cette impasse (inscription au casier judiciaire, lourdes amendes et dédommagements, etc...).

 

marche pacifique

Jean proposa une éventuelle action en vue de jouer sur l'appel de ce procès et insista sur l'iniquité de celui-ci.
"La chasse aux sorcières ne s'est jamais arrêtée !" lança quelqu'un dans l'assemblée.

N'oublions pas que le risque de voir un jour, dans notre pays, une interdiction de manifester, est réel. Il y a même des partis politiques, se déclarant démocratiques (par exemple et en deux lettres, finissant par N (Haine) qui, j'en suis certain, en rêveraient...

 

 

mélenchon laurent

Alain passa ensuite à la projection de « Faisons Front Commun », le texte de Jean-Luc Mélenchon.
Un débat occupa, avec grand intérêt, l'assemblée. Voici le texte en question :

 

"Citoyennes et citoyens de gauche, organisés ou non, nous voulons que les élections présidentielle et législatives de 2017 soient utiles pour ouvrir dans notre pays une perspective politique de progrès humain, démocratique, social et écologique.

 

Après cinq ans de gouvernements se réclamant de la gauche tout en poursuivant les politiques néolibérales et autoritaires de la droite, l’écœurement et la colère risquent de se traduire par une abstention record de l’électorat populaire, une défaite historique du parti socialiste et la victoire d’une droite radicalisée flanquée d’une extrême droite plus menaçante que jamais. Quant à la gauche de transformation sociale et écologique, qui avait commencé à créer du neuf, notamment avec le Front de gauche, elle pourrait bien revenir une nouvelle fois à sa dispersion antérieure et tuer pour longtemps l’espoir qu’elle avait réussi à faire naître en 2012. Nous ne voulons pas de ce scenario épouvantable qui aboutirait à un très dangereux face à face entre néolibéralisme et national-populisme, confortant la supercherie visant à faire passer celui-ci pour la seule alternative envisageable au « système » qui ravage nos sociétés. Le pire deviendrait alors possible. 

 

Au vu des risques bien réels d’une catastrophe politique aux conséquences incalculables, nous en appelons à l’esprit de responsabilité et d’audace de toutes les forces de la gauche de transformation sociale et écologiste. Elles sont diverses, à l’image du peuple qu’il s’agit de rassembler, comme des combats dont elles sont héritières : socialiste, communiste, écologiste, libertaire, féministe, anticolonialiste, pacifiste,  antiraciste, altermondialistes, etc. Mais elles ont tellement en commun, comme l'ont montré l'adoption du programme « l'Humain d'abord » il y a cinq ans, les luttes que nous avons menées ensemble et l’intérêt soulevé en Europe par des expériences novatrices comme celles de Syriza et Podemos, qu'il serait inacceptable qu’elles ne réussissent pas à se rassembler aujourd’hui pour mener ensemble le combat difficile qui s’annonce. 

 

Dans cet esprit, nous décidons de nous engager dans la campagne électorale de 2017.  Les jeux ne sont pas faits. En profondeur, le peuple français est en attente. Les mobilisations au moment de la COP 21, celles contre la déchéance de nationalité et à Notre Dame des Landes,contre la loi travail et Nuit debout ont montré que, dans l'autonomie de leurs mouvements et dans leur diversité, les exigences de justice sociale et écologiste, d’égalité, de démocratie sont toujours bien vivantes. Elles doivent pouvoir trouver l’expression de leur potentiel politique. Il est donc vital de créer un élan, et pour cela de jeter de toute urgence les bases du rassemblement politique à construire.

 

Cela suppose une nouvelle proposition politique, un programme et  des candidatures en rupture avec l’ordre productiviste et néolibéral, permettant un très large rassemblement de forces et de personnalités représentatives des différentes sensibilités de gauche, à égalité avec des citoyennes et des citoyens engagées dans la vie politique, syndicale, associative, intellectuelle et culturelle.

 

On assiste au contraire à un éparpillement suicidaire. EELV s’apprête à désigner son candidat. Les « frondeurs » du PS risquent, après la primaire, de se retrouver à soutenir un candidat qu’ils n’ont eu de cesse de combattre. Le Front de Gauche est éclaté. Le Parti communiste désigne ses candidats aux législatives et annonce qu’il décidera le 5 novembre prochain de la candidature qu’il présentera ou soutiendra pour la présidentielle. Jean-Luc Mélenchon a annoncé la sienne et entend que  « La France insoumise » qu’il a créée soit le cadre unique d’organisation des campagnes électorales de l’an prochain. Tout cela ne pourrait aboutir qu’à des candidatures fratricides, y compris aux législatives, et à un désastre complet. 

 

Nous refusons de laisser une nouvelle fois le piège de l’élection présidentielle et les débats sur une candidature ruiner tout espoir avec la vaine recherche d’une femme ou d’un homme providentiel. Une candidature de large rassemblement est possible et peut résulter d’une construction collective impliquant directement, au-delà des forces concernées, les citoyen-nes. Quels que soient les arguments des uns et des autres ou les divergences que nous pouvons avoir avec lui, la candidature de Jean-Luc Mélenchon estdans les circonstances actuelles installée dans le paysage politique. Elle exprime dans les classes populaires le refus à gauche de la politique mise en œuvre par François Hollande. A six mois de l’échéance, il serait, à nos yeux, irresponsable de ne pas prendre acte de cette situation. Cependant son mouvement « La France insoumise » ne représente qu’une partie des forces disponibles. Réussir à les rassembler très largement nécessite une alternative politique pluraliste, démocratique, répondant aux exigences d’un fonctionnement plus horizontal et citoyen portées notamment par la mobilisation contre la loi travail et les Nuits debout.

 

Il faut donc franchir une étape. Afin de nous engager toutes et tous ensemble dans ce combat politique si important pour l’avenir de notre pays, il est indispensable que soit constitué au plan national, avec toutes les parties concernées, un lieu d’échange et de coordination qui rendra compte de notre diversité politique et sera ouverte aux acteurs des mouvements sociaux comme aux intellectuels, créateurs et artistes, qui manifestera notre ambition commune et donnera à nos campagnes présidentielle et législatives la plus grande efficacité. Nous proposons que celles et ceux qui entendent se joindre à notre appel contribuent activement à la convergence des forces sociales et politiques de gauche et écologiste dans les villes, les départements et les 577 circonscriptions législatives, avec les organisations locales du PCF, du PG et de « La France insoumise », d’Ensemble, d'EELV et des groupes de socialistes critiques, ceux de l'Appel des cent, les assemblées citoyennes créées dans le cadre du Front de gauche ainsi que les citoyennes et citoyens, celles et ceux qui se sont mobilisés depuis des mois contre la politique du gouvernement, les femmes et les hommes susceptibles de participer à une démarche de rassemblement et d’innovation à gauche pour 2017.C’est la clé d’une convergence à gauche audacieuse et déterminée, d’une véritable dynamique collective et donc du succès. Nous prenons à cette fin toutes les initiatives nécessaires.

 

Nous appelons toutes les femmes, tous les hommes et toutes les forces de progrès à se joindre à cette démarche en signant cet appel et en s’engageant concrètement pour la réalisation des objectifs qu’il se fixe. C’est la condition pour échapper au piège qui nous est tendu en 2017. Et pour que cette campagne marque une étape décisive dans la reconstruction dans notre pays d’une gauche digne de ce nom."

 

Par les différentes interventions des membres de notre assemblée, Mélenchon ressort comme un être ambigu, avec quelques positionnements flous, pour ne pas dire paradoxaux, sur certains sujets (les migrants, notamment qui, rappelons-le, ne sont que des êtres humains et qui, pour la plupart d'entre eux, sont contraints à l'exode, en quête qu'ils sont d'un autre avenir que celui tracé par la dictature et l'autoritarisme d'état.

Jacques posa une question synthétisant parfaitement l'interrogation générale dans la salle : "Qu'attendent les gens, réellement ?". Oui, qu'attendons-nous ? Un mandat dure cinq ans. Et c'est long 5 ans ! On peut en détruire des valeurs, des repères, des acquis sur un quinquennat (2016 s'inscrira dans les manuels (l'Emmanuel M. ou le Manuel V) comme une année de régression sans précédent de notre code du Travail)...
Ce qui se profile en 2017 (Juppé ou un clône) serait pire que ce que nous finissons de subir avec la Hollandie. Factuellement et si l'on s'en tient aux évidences, nous ne pouvons espérer un changement qu'en la présentation d'un seul candidat représentant un vrai programme d'une vraie gauche, réunissant de vraies idées de gauche, de belles avancées sociales de gauche, de vraies victoires de gauche, bref une gauche qui serait sans aucune équivoque, sans contestations intestines.
Le seul objectif et auquel nous devrions toutes et tous nous atteler étant d'être au 2ème tour de la Présidentielle...

Mélenchon, un candidat du PCF, une autre idée ?

Afin d'éviter en 2017 un échouage pour 5 ans de ce navire auquel nous tenons tous, celui que l'on nomme "Bien commun", Pierre Laurent a annoncé (samedi 8 octobre) que notre Parti allait lancer (début de semaine prochaine) une "grande pétition nationale". Là encore, un seul objectif : il faut nécessairement appeler à une candidature commune de gauche alternative pour l'élection présidentielle. "Nous n'abandonnerons pas ce combat, il est essentiel", a-t-il assuré...

 

Même si bon nombre de camarades s'inscrivent dans cette logique, force est de reconnaître que d'autres copains souhaiteraient une candidature communiste. Puis il y a également ceux qui ne désirent plus entendre parler d'un quelconque soutien pour JLM...

A ce propos, Patrick fit remarquer, très justement d'ailleurs, que la Présidentielle était une "élection de casting". Pour lui, nul doute que JLM veut faire éclater le PCF. Au passage, il regretta la date de notre dernier Congrès, qu'il jugea beaucoup trop tardif, eu égard aux échéances électorales de 2017. Il eut aimé connaître précisément les intentions de Mélenchon, au nom de qui il s'exprime (PG ou France Insoumise ?). Il souligna très finement les incohérences des interventions récentes d'un Méluche insoumis, mais sans Benoît Hamon par exemple... Enfin, Patrick rappela que le PCF n'avait personne à présenter pour l'année prochaine, mais que notre parti ne manquerait probablement pas d'apporter à cette France Insoumise (s'il n'existait aucune autre alternative à cette candidature auto-proclamée), une partie de sa logistique et de son financement...

 Véronique intervint en rappelant les dégâts opérés par les macroneries, la Khonnerie, et autres chevauchées fougueuses des Vallskyries ! Elle revint sur les bus Macron en lieu et place d'un service public, une Poste exsangue, etc...

 

12310440_1522194174760985_5312204587195686376_n

Un peu plus tard, Alain insista sur l'importance des Législatives et rappela qu'il était urgent maintenant de se mobiliser pour aller à la rencontre des gens. Notre grand atout étant d'avoir un candidat comme Christophe Mauvillain. Il faut que ce dernier puisse être présenté, le plus largement possible, à une population à qui l'on a de cesse de faire avaler des politiques attentistes d'une prétendue gauche, des pratiques droitières "hiroshimant" l'égalité et les valeurs sociales, des utopies nationalistes cannibalisant les hommes, attisant les haines...

 Enfin, un programme d'actions fut présenté, comportant notamment des réunions publiques, le maintien des contacts sur les différents réseaux sociaux, etc...

 

Qu'est-ce qu'une réunion publique ? Nous pensons personnellement que c'est une excellente possibilité offerte aux citoyens de s'informer sur la conduite d'un projet politique local, cantonal, etc... Dans quel but ? Celui d'intégrer pleinement ces citoyens au coeur des enjeux politiques les concernant directement. Cette réunion permet également d'expliquer à une assemblée le décryptage de certaines lois, la mise au jour du côté obscur de certaines politiques démagogiques. Ouverte à toutes et à tous, elle remplit sa mission, si l'assemblée en ressort libre de jugement, bien informée, loin du bourrage de crâne des me(r)dias inféodés au pouvoir, pour la très grande majorité d'entre eux...

 

D'autres sujets furent discutés lors de notre réunion de section :

  • "les maisons de services publics" par Véronique (nous y reviendrons ultérieurement, sur ce blog)
  • "1ère redistribution des richesses : les Services Publics" par Patrick
  • "Service Public versus Service au Public" par Michel. Celui-ci prit l'exemple intéressant du boulanger qui, en restant ouvert du matin au soir, assurait davantage une mission de "service public", qu'une agence postale ouverte quelques heures par semaine...

 

les sentinelles

Avant de clore notre réunion par un repas pris en commun, Yan nous fit un récapitulatif de la Fête de l'Huma et nous présenta l'intéressante programmation d'un cinéma aux dimensions sociales ("Les Sentinelles", "La Sociale" autour de chez nous en ce moment).

la sociale

 

 Pour clore cette page, amis lecteurs, nous vous rappellons que nos réunions de section sont ouvertes et gratuites (la prochaine aura lieu très prochainement).
Il vous est simplement demandé de passer par ce blog  ou, si vous connaissez l'un de nos membres, de vous adresser personnellement à lui.

Au plaisir de se retrouver dans quelques jours mes amis et, pour les autres, se rencontrer pour faire connaissance...

L'union fait la force...

 

 

 

(rédaction : Jacky Wallart)