Section PCF Bonnieure-Tardoire

06 janvier 2017

2017, le risque d'une France "trumpée"...

Réunion de section Bonnieure-Tardoire

 4 janvier 2017

 

 Présents : 25

 

Début de la réunion : 18h40

 

Bien qu'aucun compte-rendu ne soit apparu ici depuis quelques semaines, loin de nous fut l'idée de nous reposer... Au contraire !

Les membres de notre section se sont régulièrement réunis, parfois plusieurs fois dans la même semaine. Et pour cause, 2017 est une année d'élections. La Présidentielle, certes. Mais surtout, les Législatives.
Résultat de ce travail formidable : une équipe soudée, largement préparée, notre candidat à la députation de la 3ème circonscription, Christophe MAUVILLAIN et sa suppléante, Véronique LAVERGNE à 200 % de leur forme !
Des comptes-rendus internes, plusieurs chantiers liés à la logistique, à la stratégie m'empêchaient de relater ici les différentes phases constructives de notre campagne.

Nos gagnants : Christophe MAUVILLAIN et Véronique LAVERGNE

A gauche, deux êtres humains à Gauche (comme le coeur).

Lui, c'est Christophe MAUVILLAIN

Elle, c'est Véronique LAVERGNE

Leur point commun : l'humanisme.

Leur envie : que vous leur accordiez votre confiance.

Leur rêve : un monde autre que celui dans lequel on nous guide depuis (trop) longtemps...

Alain BOHERE commença par rappeler l'importance des futures élections (nationale et législative), tant les risques de "trumpisation" de notre hexagone (sa seigneurie François de Fillon) ou "d'attentat social" (une femme incarnant ce que notre histoire comporte de plus nauséabond).

S'ensuivit la projection d'un petit film revenant sur les faits marquants d'une année sociale 2016 plutôt sympathique (je déconne !)...
Nous y avons notamment revu :

Laurence Blisson

Laurence BLISSON, secrétaire du Syndicat de la Magistrature s'exprimant sur l'Etat d'urgence dans notre pays et l'ensemble des dérives : assignation à résidence lors de la COP 21, stigmatisation dans les quartiers populaires, et mesures attentatoires non conformes avec les principes de nos fondamentaux républicains...

 

François RUFFIN, journaliste et réalisateur de l'excellent film-documentaire "Merci Patron" développant l'audace dont il avait fallu faire preuve pour faire aboutir son film, dénoncer l'injustice et le capitalisme (vous me pardonnerez ce pléonasme).

François Ruffin

 

 

 

 

 

 

Philippe MARTINEZ, Secrétaire Général de la CGT revenant sur cette "haute trahison" socialiste qu'a été la naissance aux forceps (49.3 cm de large !) d'une loi injustement nommée "Travail", inversant la hiérarchie des normes.

Philippe Martinez


Audrey VERNON, actrice, dénonçant une peur du lendemain, largement entretenue par les décisions politiques, et soulignant au passage que la destruction de la planète profitait uniquement aux grands capitalistes...

Audrey Vernon


Régis DEBRAY, philosophe sur l'intérêt d'un journal libre comme l'est "L'Humanité"

Régis Debray

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Julien LAUPRETRE (Secours Populaire) sur les diverses formes de précarisation, le nombre d'enfants ne partant jamais en vacances, etc...

Julien Laupretre


L'intervention de syndicalistes sur les crises vécues dans leurs entreprises (Good Year, Air France...)

Wamen

 

GillesPerret

Gilles PERRET, réalisateur du film "La Sociale", nous démontrant par l'exemple que 25  millions d'adhérents à la CGT et un PCF qui pesait 30 % dans la balance électorale avait sû donner la vie à notre Sécurité Sociale (vous savez, celle qu'une "bonne droite" imaginerait bien dans les griffes du Grand Capital ?).

La Sociale

 

Un hommage à Georges SEGUY (en fond, la chanson de Jean FERRAT "Ma France" : grand moment d'émotion...

Georges Seguy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soutien HUMANISTE aux exilés (Afrique, Asie Mineure) pour qui les droits, continuellement bafoués, profitent aux états pilleurs, avides des ressources et richesses de leurs sous-sols...

La disparition de Fidel CASTRO, parti dans une indifférence générale, tout comme Georges SEGUY d'ailleurs (les mass Merdias ont davantage relaté la mort de Chérèque !).

Fidel Castro

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le point de vue de Noam CHOMSKY, linguiste, philosophe et intellectuel engagé sur le risque droitier ou hyper-droitier qui se profile en France.

Noam Chomsky

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Juliette

JULIETTE, chanteuse au verbe talentueux, rappelant au peuple que les baffes qu'il se prendrait dans la gueule, avec un FN au pouvoir, dureraient 5 ans !

 

 

 

 

 


Le développement fulgurant de l'Uberisation, "cancérisant" tous les domaines économiques.

Uber

 

Nous avons ensuite souhaité la bienvenue au nouvel adhérent, Michel T. (de Taponnat). Ce militant CGT, aujourd'hui à la retraite, a fait partie du PCF durant de nombreuses années.

Rémy MERLE revint sur la projection de "Merci Patron" à Angoulême, à l'occasion de "Nuit Debout", rappelant notamment l'énergie dégagée sur cette place Hergé, cette communion d'âmes, nécessaire à tout rempart...

Alain BOHERE fit un point sur l'importance de la souscription en matière électorale. N'ayant point les moyens financiers des partis adverses, il est ainsi nécessaire de compter sur les adhérents et les sympathisants.

Un tour de table fut réalisé pour une présentation sommaire. Retenons celle de notre doyenne, Arlette DESVAUX, de Chasseneuil. 94 ans en mai prochain ! Elle nous a promis d'attendre ses 105 ans pour battre le record de l'heure à vélo !

Alain BOHERE présenta ensuite notre maquette du tract de 4 pages pour les Législatives, résumant ainsi le travail déjà effectué par le collectif de campagne. Il souligna que "les portes restaient ouvertes" aux anciennes forces du Front de Gauche... n'oubliant pas de rappeler que les publications par voie de presse y faisant référence n'avaient, pour l'heure, rien donné. Il y a des stratégies qui, du côté de la France Insoumise, ne sont pas très claires. Il rappella notamment à notre bon souvenir, que Jean-Luc MELENCHON s'était engagé, et cela après le vote de ralliement des communistes à sa cause, à présenter 577 candidats FI. En ont-il les moyens ? La question demeure...

Lecture fut faite à l'assemblée du "4 pages" : une écoute sereine du groupe, et au final une vraie motivation à le diffuser massivement.

Plusieurs interventions se croisèrent, toutes aussi légitimes les unes que les autres, notamment sur la crainte d'une éventuelle fermeture du site de Leroy-Somer, sur "l'ignorance" d'une partie de la population du contenu des programmes politiques de chacun des candidats (le "tous les mêmes !" étant notre principal ennemi), sur le vote extrême (ment) débile pour le parti de la Haine, mais également et plus factuellement sur les problématiques engendrées par un département vieillissant en terme de population (le "solde" de notre Charente est négatif : plus de décès que de naissances...).

La réunion se termina à 21h15. Nous la clôturâmes par un repas, digne du lieu où nous fûmes reçus. Une souscription fut versée, presque naturellement...

S'il fallait retenir quelque chose de cette réunion, c'est le nombre de personnes dans les starting-blocks... Combien ? Aujourd'hui, c'était 25 !!

 

 

Posté par Jacky Wallart à 21:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 octobre 2016

Réunion de section (septembre 2016)

Réunion de section Bonnieure-Tardoire

(septembre 2016)

 

Présents : 22

 

Encore de beaux échanges lors de ces fraternelles retrouvailles !

 

Pierre LAURENT

Alain introduisit la réunion en développant et lançant à analyse la projection du document de notre Secrétaire national, Pierre Laurent " 2017 : construire une perspective de victoire ".

 

 

Aujourd'hui, plusieurs candidats(es), potentiellement prêts pour 2017, et présentant des programmes cousins (éloignés pour certains d'entre eux, mais cousins quand même...) de notre courant semblent être prêts à une réelle rupture avec ce système faisant continuellement des ponts d'or aux politiques libérales. Il nous faut une union, mais un seul candidat portant l'ensemble de ces forces, faute de quoi, nous courrons à la catastrophe par l'élimination de tous ceux qui prétendraient pouvoir réussir en y allant seul..

 

"C'est dans ce contexte que la conférence nationale du PCF va examiner les choix politiques.
C'est également dans ce contexte que Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a, dans un courrier aux candidats et organisations de gauche, émis le souhait de les rencontrer avant le 5 novembre" (L'Humanité du jeudi 13 octobre 2016)

 

 

 

el khomri

S'ensuivit un rappel des faits concernant Nicolas Merle (le fils de notre camarade Rémy) et son arrestation injustifiée à Bordeaux, en marge des manifestations contre cette foutue loi El Khomri. Condamné abusivement, et simplement pour servir d'exemple à la "répression" commandée par l'exécutif, cette affaire n'est pas terminée et nous pouvons encore compter sur la défense de son avocat pour le sortir de cette impasse (inscription au casier judiciaire, lourdes amendes et dédommagements, etc...).

 

marche pacifique

Jean proposa une éventuelle action en vue de jouer sur l'appel de ce procès et insista sur l'iniquité de celui-ci.
"La chasse aux sorcières ne s'est jamais arrêtée !" lança quelqu'un dans l'assemblée.

N'oublions pas que le risque de voir un jour, dans notre pays, une interdiction de manifester, est réel. Il y a même des partis politiques, se déclarant démocratiques (par exemple et en deux lettres, finissant par N (Haine) qui, j'en suis certain, en rêveraient...

 

 

mélenchon laurent

Alain passa ensuite à la projection de « Faisons Front Commun », le texte de Jean-Luc Mélenchon.
Un débat occupa, avec grand intérêt, l'assemblée. Voici le texte en question :

 

"Citoyennes et citoyens de gauche, organisés ou non, nous voulons que les élections présidentielle et législatives de 2017 soient utiles pour ouvrir dans notre pays une perspective politique de progrès humain, démocratique, social et écologique.

 

Après cinq ans de gouvernements se réclamant de la gauche tout en poursuivant les politiques néolibérales et autoritaires de la droite, l’écœurement et la colère risquent de se traduire par une abstention record de l’électorat populaire, une défaite historique du parti socialiste et la victoire d’une droite radicalisée flanquée d’une extrême droite plus menaçante que jamais. Quant à la gauche de transformation sociale et écologique, qui avait commencé à créer du neuf, notamment avec le Front de gauche, elle pourrait bien revenir une nouvelle fois à sa dispersion antérieure et tuer pour longtemps l’espoir qu’elle avait réussi à faire naître en 2012. Nous ne voulons pas de ce scenario épouvantable qui aboutirait à un très dangereux face à face entre néolibéralisme et national-populisme, confortant la supercherie visant à faire passer celui-ci pour la seule alternative envisageable au « système » qui ravage nos sociétés. Le pire deviendrait alors possible. 

 

Au vu des risques bien réels d’une catastrophe politique aux conséquences incalculables, nous en appelons à l’esprit de responsabilité et d’audace de toutes les forces de la gauche de transformation sociale et écologiste. Elles sont diverses, à l’image du peuple qu’il s’agit de rassembler, comme des combats dont elles sont héritières : socialiste, communiste, écologiste, libertaire, féministe, anticolonialiste, pacifiste,  antiraciste, altermondialistes, etc. Mais elles ont tellement en commun, comme l'ont montré l'adoption du programme « l'Humain d'abord » il y a cinq ans, les luttes que nous avons menées ensemble et l’intérêt soulevé en Europe par des expériences novatrices comme celles de Syriza et Podemos, qu'il serait inacceptable qu’elles ne réussissent pas à se rassembler aujourd’hui pour mener ensemble le combat difficile qui s’annonce. 

 

Dans cet esprit, nous décidons de nous engager dans la campagne électorale de 2017.  Les jeux ne sont pas faits. En profondeur, le peuple français est en attente. Les mobilisations au moment de la COP 21, celles contre la déchéance de nationalité et à Notre Dame des Landes,contre la loi travail et Nuit debout ont montré que, dans l'autonomie de leurs mouvements et dans leur diversité, les exigences de justice sociale et écologiste, d’égalité, de démocratie sont toujours bien vivantes. Elles doivent pouvoir trouver l’expression de leur potentiel politique. Il est donc vital de créer un élan, et pour cela de jeter de toute urgence les bases du rassemblement politique à construire.

 

Cela suppose une nouvelle proposition politique, un programme et  des candidatures en rupture avec l’ordre productiviste et néolibéral, permettant un très large rassemblement de forces et de personnalités représentatives des différentes sensibilités de gauche, à égalité avec des citoyennes et des citoyens engagées dans la vie politique, syndicale, associative, intellectuelle et culturelle.

 

On assiste au contraire à un éparpillement suicidaire. EELV s’apprête à désigner son candidat. Les « frondeurs » du PS risquent, après la primaire, de se retrouver à soutenir un candidat qu’ils n’ont eu de cesse de combattre. Le Front de Gauche est éclaté. Le Parti communiste désigne ses candidats aux législatives et annonce qu’il décidera le 5 novembre prochain de la candidature qu’il présentera ou soutiendra pour la présidentielle. Jean-Luc Mélenchon a annoncé la sienne et entend que  « La France insoumise » qu’il a créée soit le cadre unique d’organisation des campagnes électorales de l’an prochain. Tout cela ne pourrait aboutir qu’à des candidatures fratricides, y compris aux législatives, et à un désastre complet. 

 

Nous refusons de laisser une nouvelle fois le piège de l’élection présidentielle et les débats sur une candidature ruiner tout espoir avec la vaine recherche d’une femme ou d’un homme providentiel. Une candidature de large rassemblement est possible et peut résulter d’une construction collective impliquant directement, au-delà des forces concernées, les citoyen-nes. Quels que soient les arguments des uns et des autres ou les divergences que nous pouvons avoir avec lui, la candidature de Jean-Luc Mélenchon estdans les circonstances actuelles installée dans le paysage politique. Elle exprime dans les classes populaires le refus à gauche de la politique mise en œuvre par François Hollande. A six mois de l’échéance, il serait, à nos yeux, irresponsable de ne pas prendre acte de cette situation. Cependant son mouvement « La France insoumise » ne représente qu’une partie des forces disponibles. Réussir à les rassembler très largement nécessite une alternative politique pluraliste, démocratique, répondant aux exigences d’un fonctionnement plus horizontal et citoyen portées notamment par la mobilisation contre la loi travail et les Nuits debout.

 

Il faut donc franchir une étape. Afin de nous engager toutes et tous ensemble dans ce combat politique si important pour l’avenir de notre pays, il est indispensable que soit constitué au plan national, avec toutes les parties concernées, un lieu d’échange et de coordination qui rendra compte de notre diversité politique et sera ouverte aux acteurs des mouvements sociaux comme aux intellectuels, créateurs et artistes, qui manifestera notre ambition commune et donnera à nos campagnes présidentielle et législatives la plus grande efficacité. Nous proposons que celles et ceux qui entendent se joindre à notre appel contribuent activement à la convergence des forces sociales et politiques de gauche et écologiste dans les villes, les départements et les 577 circonscriptions législatives, avec les organisations locales du PCF, du PG et de « La France insoumise », d’Ensemble, d'EELV et des groupes de socialistes critiques, ceux de l'Appel des cent, les assemblées citoyennes créées dans le cadre du Front de gauche ainsi que les citoyennes et citoyens, celles et ceux qui se sont mobilisés depuis des mois contre la politique du gouvernement, les femmes et les hommes susceptibles de participer à une démarche de rassemblement et d’innovation à gauche pour 2017.C’est la clé d’une convergence à gauche audacieuse et déterminée, d’une véritable dynamique collective et donc du succès. Nous prenons à cette fin toutes les initiatives nécessaires.

 

Nous appelons toutes les femmes, tous les hommes et toutes les forces de progrès à se joindre à cette démarche en signant cet appel et en s’engageant concrètement pour la réalisation des objectifs qu’il se fixe. C’est la condition pour échapper au piège qui nous est tendu en 2017. Et pour que cette campagne marque une étape décisive dans la reconstruction dans notre pays d’une gauche digne de ce nom."

 

Par les différentes interventions des membres de notre assemblée, Mélenchon ressort comme un être ambigu, avec quelques positionnements flous, pour ne pas dire paradoxaux, sur certains sujets (les migrants, notamment qui, rappelons-le, ne sont que des êtres humains et qui, pour la plupart d'entre eux, sont contraints à l'exode, en quête qu'ils sont d'un autre avenir que celui tracé par la dictature et l'autoritarisme d'état.

Jacques posa une question synthétisant parfaitement l'interrogation générale dans la salle : "Qu'attendent les gens, réellement ?". Oui, qu'attendons-nous ? Un mandat dure cinq ans. Et c'est long 5 ans ! On peut en détruire des valeurs, des repères, des acquis sur un quinquennat (2016 s'inscrira dans les manuels (l'Emmanuel M. ou le Manuel V) comme une année de régression sans précédent de notre code du Travail)...
Ce qui se profile en 2017 (Juppé ou un clône) serait pire que ce que nous finissons de subir avec la Hollandie. Factuellement et si l'on s'en tient aux évidences, nous ne pouvons espérer un changement qu'en la présentation d'un seul candidat représentant un vrai programme d'une vraie gauche, réunissant de vraies idées de gauche, de belles avancées sociales de gauche, de vraies victoires de gauche, bref une gauche qui serait sans aucune équivoque, sans contestations intestines.
Le seul objectif et auquel nous devrions toutes et tous nous atteler étant d'être au 2ème tour de la Présidentielle...

Mélenchon, un candidat du PCF, une autre idée ?

Afin d'éviter en 2017 un échouage pour 5 ans de ce navire auquel nous tenons tous, celui que l'on nomme "Bien commun", Pierre Laurent a annoncé (samedi 8 octobre) que notre Parti allait lancer (début de semaine prochaine) une "grande pétition nationale". Là encore, un seul objectif : il faut nécessairement appeler à une candidature commune de gauche alternative pour l'élection présidentielle. "Nous n'abandonnerons pas ce combat, il est essentiel", a-t-il assuré...

 

Même si bon nombre de camarades s'inscrivent dans cette logique, force est de reconnaître que d'autres copains souhaiteraient une candidature communiste. Puis il y a également ceux qui ne désirent plus entendre parler d'un quelconque soutien pour JLM...

A ce propos, Patrick fit remarquer, très justement d'ailleurs, que la Présidentielle était une "élection de casting". Pour lui, nul doute que JLM veut faire éclater le PCF. Au passage, il regretta la date de notre dernier Congrès, qu'il jugea beaucoup trop tardif, eu égard aux échéances électorales de 2017. Il eut aimé connaître précisément les intentions de Mélenchon, au nom de qui il s'exprime (PG ou France Insoumise ?). Il souligna très finement les incohérences des interventions récentes d'un Méluche insoumis, mais sans Benoît Hamon par exemple... Enfin, Patrick rappela que le PCF n'avait personne à présenter pour l'année prochaine, mais que notre parti ne manquerait probablement pas d'apporter à cette France Insoumise (s'il n'existait aucune autre alternative à cette candidature auto-proclamée), une partie de sa logistique et de son financement...

 Véronique intervint en rappelant les dégâts opérés par les macroneries, la Khonnerie, et autres chevauchées fougueuses des Vallskyries ! Elle revint sur les bus Macron en lieu et place d'un service public, une Poste exsangue, etc...

 

12310440_1522194174760985_5312204587195686376_n

Un peu plus tard, Alain insista sur l'importance des Législatives et rappela qu'il était urgent maintenant de se mobiliser pour aller à la rencontre des gens. Notre grand atout étant d'avoir un candidat comme Christophe Mauvillain. Il faut que ce dernier puisse être présenté, le plus largement possible, à une population à qui l'on a de cesse de faire avaler des politiques attentistes d'une prétendue gauche, des pratiques droitières "hiroshimant" l'égalité et les valeurs sociales, des utopies nationalistes cannibalisant les hommes, attisant les haines...

 Enfin, un programme d'actions fut présenté, comportant notamment des réunions publiques, le maintien des contacts sur les différents réseaux sociaux, etc...

 

Qu'est-ce qu'une réunion publique ? Nous pensons personnellement que c'est une excellente possibilité offerte aux citoyens de s'informer sur la conduite d'un projet politique local, cantonal, etc... Dans quel but ? Celui d'intégrer pleinement ces citoyens au coeur des enjeux politiques les concernant directement. Cette réunion permet également d'expliquer à une assemblée le décryptage de certaines lois, la mise au jour du côté obscur de certaines politiques démagogiques. Ouverte à toutes et à tous, elle remplit sa mission, si l'assemblée en ressort libre de jugement, bien informée, loin du bourrage de crâne des me(r)dias inféodés au pouvoir, pour la très grande majorité d'entre eux...

 

D'autres sujets furent discutés lors de notre réunion de section :

  • "les maisons de services publics" par Véronique (nous y reviendrons ultérieurement, sur ce blog)
  • "1ère redistribution des richesses : les Services Publics" par Patrick
  • "Service Public versus Service au Public" par Michel. Celui-ci prit l'exemple intéressant du boulanger qui, en restant ouvert du matin au soir, assurait davantage une mission de "service public", qu'une agence postale ouverte quelques heures par semaine...

 

les sentinelles

Avant de clore notre réunion par un repas pris en commun, Yan nous fit un récapitulatif de la Fête de l'Huma et nous présenta l'intéressante programmation d'un cinéma aux dimensions sociales ("Les Sentinelles", "La Sociale" autour de chez nous en ce moment).

la sociale

 

 Pour clore cette page, amis lecteurs, nous vous rappellons que nos réunions de section sont ouvertes et gratuites (la prochaine aura lieu très prochainement).
Il vous est simplement demandé de passer par ce blog  ou, si vous connaissez l'un de nos membres, de vous adresser personnellement à lui.

Au plaisir de se retrouver dans quelques jours mes amis et, pour les autres, se rencontrer pour faire connaissance...

L'union fait la force...

 

 

 

(rédaction : Jacky Wallart)

 

 

 

 

 

Posté par Jacky Wallart à 15:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2016

22, v'la la rentrée !

Premier jour d'automne, premier jour de rentrée pour les rencontres de notre section.

Nous sommes à 100 jours de 2017, année d'élections dans notre pays. Cette France comportant, et c'est heureux, plus de couleurs qu'un arc-en-ciel (n'en déplaise à un Sarkozy qui, tel le Phénix, a choisi de réapparaître, déguisé en Gaulois !), plus d'espoirs qu'il n'y paraît, plus de volontés à aller vers l'humain et son devenir social, plus de jeunes aspirant à autre chose qu'un modèle économique consumant petit à petit leurs vies, l'environnement et rabotant sans cesse les "conquis" de leurs aînés du 20ème siècle. A ce propos, autant le 18ème fut celui aux vertus "éclairantes" de la pensée, autant notre 21ème est à la dérive, la tenue du gouvernail remise tantôt à la ploutocratie, tantôt au népotisme, et toujours aux mêmes ordres de la sacro-sainte oligarchie mondialisée, donneuse de cartes à jouer à une "ENArchie" lui étant complètement soumise.

Nous voulons, nous devons, nous pouvons sortir de ce système. Rien d'autre que des hommes et des femmes pourront y arriver, organisés qu'ils seront, dans une structure politique propre, transparente et désintéressée des réseaux d'influence européens au service d'un Grand Capital souffrant d'une obésité morbide. C'est pourquoi, comme dans bon nombre de sections du Parti Communiste Français, nous continuons à nous réunir, camarades de Bonnieure-Tardoire, pour tracer au tire-ligne social, des idées, des envies, des projets, des rêves pour tous les descendants des gaulois, teutons, burgondes, mérovingiens, sarrasins, romains, grecs, araméens, que sais-je encore, vivant dans ce tout pays France....

Alors, si vous tombiez par hasard sur ce blog, que vous aviez envie d'en savoir davantage sur le travail de notre petite bande d'humains oeuvrant pour le bien commun, rejoignez-nous de temps en temps, souvent ou à chaque réunion, nous serons heureux de vous y accueillir et de voir ainsi grossir l'espoir de ne pas nous laisser continuellement manger la laine sur le dos...

(par Jacky WALLART)

 

A présent, un texte sous forme d'interviews, petite compilation des interventions sur Facebook d'un dénommé Alain BOHERE.

Face à l'individualisme et à la marchandisation des activités humaines, restes-tu optimiste en l'avenir ?

J'essaye depuis toujours de rester optimiste et confiant dans la capacité des gens à modifier le cours des choses dans le sens de l'humanité et la justice. C'est ce qui fonde mon engagement et mon action depuis plus de 44 ans. Les adversaires de classe sont toujours les mêmes, même s'ils ont changé de visage au fil du temps. Alors...la lutte continue ! Ce que je souhaite, plus que tout, c'est qu'on puisse le faire avec le plus grand nombre car il n'y a que cela qui puisse garantir les succès. Je ne crois plus vraiment au grand soir et encore moins à l'homme (ou la femme) providentiel(le). Nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes pour avancer. Bien sûr en face, tout sera fait pour nous réduire au silence ou pour nous monter les uns contres les autres. Cela permet de gagner du temps mais ils ne réussiront pas à nous faire renoncer.

 

On observe une montée du rejet de la différence. Qu'en penses-tu ?

 

Moi je suis français de race humaine. Je respecte, j'aime, et je m'enrichis de la différence. J'ai des convictions mais je suis à l'écoute de ceux qui ne les partagent pas. A la violence dont j'ai horreur , je préfère la bataille des idées. J'aime aussi rire et profiter des bons moments de la vie mais je ne peux rester insensible à la misère où à la souffrance de celles et ceux qui m'entourent. J'aime aller chez les autres et j'aime recevoir. Bref, je me considère être humain parmi des milliards et je rêve toujours d'un monde tout simplement humain.

 

Beaucoup pensent que les « politiques » sont tous les mêmes. Les élections 2017 sont -elles déjà jouées ?


Vouloir mettre tout le monde dans le même panier est une stratégie puérile ( mais voulue) complètement contraire à la réalité des combats qui se mènent jour après jour contre tous les mauvais coups portés au monde du travail. 
Personnellement, je suis triste de constater que face au rejet de sa politique, aux dégâts et aux gâchis considérables provoqués par tant de renoncements et de trahisons depuis 2012, François Hollande et le gouvernement aient décidé de ne rien changer. Je suis triste car je connais des militants socialistes qui sont frappés, eux aussi, de plein fouet par ces abandons. Je suis triste car le laisser faire prend le pas sur le nécessaire combat qu'ils devraient mener pour qu'il n'en soit pas ainsi.
Bien sûr la droite et l'extrème droite surfent sur la vague de discrédit de la gauche gouvernementale et sur le besoin de renouvellement politique.
Aujourd'hui, on veut nous imposer un casting dont rêvent les affairistes : candidat pro-gouvernemental, candidat de droite et candidat d’extrême-droite. Casting qui réduirait sous silence l’espoir d’une autre politique de transformation sociale pourtant si urgente à mettre en œuvre.
Je partage totalement la position d'Olivier DARTIGOLLES qui appelle au rassemblement des hommes et des femmes en rupture avec la politique gouvernementale et qui aspirent à quelque chose de neuf à gauche : il est effectivement urgent de créer les conditions d’une majorité populaire unie et d’un nouveau projet politique !

 

Coment envisages-tu les élections en 2017 ?

 

Comme l'a très bien exprimé Christophe MAUVILLAIN lors de notre fête estivale à Saint-Germain-de-Confolens le 21 août dernier « Nous ne voulons ni trêve, ni union factice, Il nous faut combattre résolument l'abstention qui s'enracine dans la résignation. Aujourd'hui, le PS court après la Droite, la Droite après l'extrême-Droite... Le glissement est général mais pour autant, les communistes et leurs alliés ne veulent pas se résigner à la fatalité d'un deuxième tour qui opposerait la Droite à son extrême. »


La citation de Nelson MANDELA résume parfaitement notre état d'esprit : « Aucun de nous agissant seul ne peut atteindre le succès ; c'est ensemble que nous irons à la victoire. »

 

(Alain BOHERE, août 2016)

 

Pour terminer, je reproduis une partie d'un texte écrit par Marcel CACHIN (1869-1958) dans l'Humanité des dimanche 24 et lundi 25 septembre 1944 :

 

"(...) Ce programme du CNR (Conseil National de la Résistance), on ne saurait en effet lui donner une trop grande publicité. il répond aux volontés de la France en lutte. Il a été proposé par l'unanimité : 1° des mouvements de la Résistance clandestine 2° de tous les partis et tendances politiques françaises de gauche et de droite, et 3° de toutes les organisations syndicales de notre pays. Au-dessus de ce groupement des forces nationales les plus saines et les plus nombreuses en France, quelle instance pourrait-on invoquer ?

Les rédacteurs du programme réclament entre autres réformes (nous ne pouvons les énumérer toutes) :

  • L'établissement d'une démocratie la plus large possible ; la liberté de pensée pour tous, la liberté de presse débarrassée de la mainmise des puissances d'argent et des influences étrangères ; (NDLR : tiens, comme rien ne change !)
  • L'éviction des féodalités économiques et financières et le retour à la Nation de tous les grands moyens de production monopolisés (mines, électricité, assurances, banques, etc...) ; (NDLR : tiens, tiens...)
  • Le droit d'accès des ouvriers aux fonctions de direction des entreprises ; (NDLR : ce n'est pas gagné...)
  • Un plan complet d'assurances sociales couvrant tous les risques de la vie et s'appliquant à tous les salariés ; (NDLR : ce à quoi nos gouvernants s'attaquent en ce moment, non ?)
  • Une retraite décente pour les vieux ; (NDLR : no comment !)
  • La possibilité pour tous les enfants du peuple d'accéder à la culture la plus développée (NDLR : combien d'illettrés et de déscolarisés en France ?)

Comme on le voit, c'est là une solide base d'action pour assurer le relèvement de notre pays et la reconstruction d'une France progressive. Le général de Gaulle (NDLR : et aucun de ses successeurs !) a donné son adhésion à ces propositions de réformes profondes. Le programme est donc accepté en principe et par le gouvernement, et par le Conseil National de la Résistance.

Il faut que les promesses qu'il contient reçoivent leur application rapide..."

Posté par Jacky Wallart à 15:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2016

Réunion de section (juin 2016)

 

Réunion de section Bonnieure-Tardoire

Réunion de section

(juin 2016)

 

 Présents : 17

 

Projection d'extraits de la 11ème journée de protestation contre la Loi Travail

 

 

Pour commencer, nous avons assisté à une projection d'extraits de la 11ème journée contre la loi El Khomri, filmés par Alain à Angoulême. Nous y avons vu et entendu Sylvain Minbiolle, Rémy Merle, Michel Joubert, Véronique et Jacques (de notre section). Unanimement, ces derniers dénoncèrent cette loi scélérate, très largement contestée par le peuple français et une bonne partie des représentants politiques (y compris ceux de la majorité) et qui a été votée hier (mercredi 6 juillet), après un second « viol » constitutionnel (article 49.3)...

 

 

 

Version-IU-candidatura-Unidos-Podemos_EDIIMA20160602_0659_19

Notre section a ensuite évoqué l'Espagne. Ce pays, patrie de notre cadette Cristina, s'est rendu aux urnes pour les Législatives.La coalition Unidos Podemos (la « vraie » Gauche) pouvait devenir l'une des deux plus importantes forces politiques de ce pays et, par extension, doubler les Socialistes. Cette coalition ne remporta que 21,1% des voix, maintenant tout de même 71 sièges de députés (85 pour le PS espagnol). Mais si l'on additionne ces deux résultats, on atteint pas la majorité absolue (fixée à 176 sièges). Le Centre-Droit (équivalent : UDI en France) totalisa 169 députés et remporta ainsi ces Législatives...

 

temps-commun_2

 

Nous évoquâmes ensuite le dernier Congrès de notre Parti. Alain nous rappelant au passage ses bons souvenirs du 28ème congrès du PCF (janvier 1994, Saint-Ouen) auquel il participa. Pour voyager un peu dans le temps (et apercevoir un Alain Bohère arborant une belle barbe à la 34ème seconde, gilet orange) : copier ce lien, puis cliquer : http://www.cinearchives.org/Catalogue-d-exploitation-28EME-CONGRES-DU-PARTI-COMMUNISTE-FRANCAIS-494-430-0-6.html?ref=444cc1cc023926725c4c2d472963b26b

 

 

 

 

Il ressort de cette réunion un constat : nous traversons (toujours) une période complexe en Europe : le Brexit et ses incertitudes sur les conséquences à venir vient (peut-être) ajouter du poids au fardeau d'un programme économique européen destructeur de progrès sociaux et de valeurs humaines, avilissant les peuples les plus faibles, créant des concurrences sur tous les marchés, dérégulant nos acquis (ou conquis, c'est selon!), nos codes (du Travail en France, en ce moment) dont nous dépendons toutes et tous.

 

Nous sommes toujours très inquiets des ravages opérés par un populisme grandissant, une extrême-droite de plus en plus visible, ayant le vent en poupe. L'Autriche vient d'éviter, de justesse, le pire...

 

Nous avons également relevé les difficultés politiques intérieures avec un gouvernement qui n'en finit pas de mener une politique de droite, rigoriste et menant une répression autoritaire, provocatrice sur un peuple très massivement hostile à cette loi de tous les dangers.

 

Nous avons également relevé que trop de personnes se désintéressent de la politique, n'oubliant pas de mettre notre Parti, au passage, dans le même panier des désillusions. Les gens subissent la politique que leur assènent les médias. Ces derniers prennent une part considérable, pour ne pas dire entière dans la désinformation ou la manipulation, voire la propagande, notamment aux « messes » de 13 et 20 heures !

A part notre journal (L'Humanité) et quelques journaux indépendants à tirage réduit, des web-radios et web-TV indépendants, la totalité des canaux d'information (télévision, radio, presse écrite...) appartient à de grands empires industriels usant de stratégies influentes, utilisant tous les leviers pour verrouiller la vérité, ou ce qui entrave leurs projets. Les médias sont ainsi devenus de simples marionnettes de foire, et ceux qui en tiennent les ficelles se nomment Patrick Drahi (Libération, L'Express, BFM TV), Vincent Bolloré (le groupe Canal +), Xavier Niel (co-propriétaire du groupe Le Monde, avec Pierre Bergé et Matthieu Pigasse), Bernard Arnault (Le Parisien), Arnaud Lagardère (JDD, Paris-Match, Elle, Virgin Radio, Europe 1, RFM...), et pour finir le doyen de cette oligarchie médiatique : Serge Dassault (Le Figaro). Tout est parfaitement orchestré pour nous mettre hors-jeu, durablement... Mails n'ont rien inventé en la matière. L'Histoire regorge de ces stratégies consistant à s'emparer des médias, pour faire de l'information un moyen d'aliénation des peuples.

                                                      regardez-moi  

 

Alain résuma sommairement la situation dans laquelle se trouve la prétendue Gauche française. Là encore, c'est compliqué. Les Frondeurs ne sont pas assez nombreux. Un nombre siginificatif de députés PS ne se retrouve plus dans la ligne politique Hollande-Valls. Mais nous ne sommes plus très loin des prochaines Législatives. Certains craignent pour leurs places et préfère l'abdication à la noblesse des idées ! Jusqu'à quand ce double-jeu ? Comment va se manifester ce flou, cette désapprobation chez les élus socialistes ? Un nouveau 49.3, pas de motion de censure. C'est l'impasse. On joue la montre, en attendant 2017, où les vents de la Haine risquent de se transformer en typhon électoral...

Chez les Communistes, on assiste à une véritable lutte d'influence autour du candidat à l'élection présidentielle. Quel sera le projet pour 2017 ?

La bataille menée par Jean-Luc Mélenchon, ardemment soutenu par son collectif (« Les Insoumis »), n'éclaircissant pas les choses, se contente pour l'instant de les embrouiller.

 

Autre fait avéré : les gens n'en peuvent plus ! Il ne savent plus à quel saint se vouer, d'où l'importance du combat pour construire un projet qui puisse être entendu, compris du plus grand nombre.

Le programme est à élaborer. Jean-Luc Mélenchon compte actuellement deux personnes travaillant à plein temps à cette échéance.

Notre démarche est inverse. Il faut aller vers les gens, écouter leurs aspirations, leurs colères...

 

Un petit rappel a été fait sur l'absolue nécessité pour l'adhérent, le militant communiste, de se tourner davantage vers l'extérieur. Nous sommes une force évidente. Usons-en !

La Présidentielle, nous concernant, doit s'inscrire dans un programme de « Gauche résolue », n'abandonnant surtout pas ses valeurs sur l'autel du libéralisme.

 

Au niveau du PCF, il faudrait revenir vers les entreprises. Intervention de quelques membres de l'assemblée sur l'exemple de Terreal et le combat mené syndicalement pour l'obtention d'une prime de vêtements et de salissures. Ce sont les entreprises, les usines, les ouvriers qu'il nous faut reconquérir...

Contact a d'ailleurs été pris avec Laurent Délias, délégué CGT de Terreal, pour lequel nous avions manifesté et apporté notre soutien il y a quelques mois, ce dernier étant sous le coup d'une sanction disciplinaire de sa Direction.

 Et c'est tout naturellement que nous avons fait le lien avec la jeunesse, par laquelle le PCF doit nécessairement se renforcer. Cela est primordial.

 Notre section comporte 46 adhérents dont 41 cotisent. Le dernier Congrès a mis l'accent sur la régularité des cotisations et des souscriptions. L'argent est le « sang » de notre parti politique. Les transfusions n'existent pas...

Alain souleva l'épineux problème avec les non-cotisants. Il fit justement remarquer que nous n'allions pas forcément rencontrer les copains, bien souvent éloignés, pas toujours motorisés, parfois malades, invalides. Cette problématique est à solutionner, ne serait-ce qu'en répartissant cette initiative avec des camarades volontaires et disposant d'un peu de temps.

 

Notre assemblée a ensuite pris le temps de parler du questionnaire « Que demande le peuple ? ». Nous reconnaissons qu'il faut nous organiser et, dans un premier temps, s'intéresser au cœur de cible : les sympathisants potentiels.

exe_tract_consultation_a5_1

Nos propres statistiques démontrent que le porte-à-porte, les réunions publiques, bref l'écoute de l'autre sont efficaces. L'affichage, les tracts ne remportent plus ni l'attention, ni l'adhésion de naguère.

Nous sommes ensuite passés à l'analyse du dépliant. En introduction, une lecture de « Blocage, vous avez dit blocage ? », texte de Christophe Mauvillain, a été faite par Alain (texte ci-dessous) :

"BLOCAGE, vous avez dit BLOCAGE ! Telle est la situation décrite actuellement dans notre société. Ces jours derniers, le blocage a été le thème récurrent de toutes les analyses sortis du même moule, de toutes les « informations » délivrées par les médias. Blocage des raffineries, blocage des routes, blocage des trains….Bref, le pays serait bloqué par une soi-disant minorité agissante appelée les forces sociales. Mais c’est en fait à un véritable blocage politique auquel on assiste en réalité. Blocage d’un gouvernement  arc-bouté sur une politique régressive, sur des réformes, dont celle de la Loi Travail, mais il y a aussi celle du Collège, entre autres, des réformes qui ne sont absolument pas en phase avec les aspirations de nos concitoyens. Nous pouvons dire que, sous l’impulsion durable de la CGT, épaulée par la FSU, Solidaire, et dans un autre registre par FO (retenez moi ou je fais un malheur !), nous vivons un mouvement social exemplaire. Exemplaire dans sa conception démocratique, exemplaire par son unité durable depuis 4 mois, exemplaire par l’appropriation collective d’un très haut niveau d’analyse et d’argumentation, exemplaire enfin par la dignité qu’il confère à tous les salariés, aux précaires, aux privés d’emploi et aux jeunes qui sont notre avenir commun. Car en fait de blocage, nous assistons d’abord et avant tout à un affrontement idéologique entre deux visions du monde, celle du profit immédiat, de la rentabilité à court terme, dégagée sur le dos des salariés réduit au rang de « variables d’ajustement », et celle du partage, partage des richesses, partage du travail, partage des solidarités sociales et générationnelles. Cette loi travail est en fait multi-minoritaire : minoritaire puisque seulement 40% des OS représentant moins de 30% des salariés la valide, minoritaire chez les PME-TPE et artisans, minoritaire dans l’opinion publique avec moins de 30% de soutien, minoritaires à l’assemblée puisque passée par le 49.3, et qu’un recours au 49.3 en deuxième lecture semble inéluctable. Dès lors, nous devons être la voix de la traduction politique de cette exigence de justice portée par le mouvement social progressiste. Le parti, avec les forces de la Gauche Résolue doit forger et porter l’idée que les mouvements sociaux, les luttes dont notre journal l’Huma est la seule caisse de résonnance, ne sont pas comme on voudrait nous le faire croire, une volonté de ne pas aller de l’avant, un refus de toute réforme, mais bien l’expression du refus d’une majorité de la population d’un monde dans lequel on veut l’enfermer. Le choix de notre société, de celle que nous laisserons à nos enfants, comme nos camarades résistants l’on fait pour nous, constitue le fond des combats engagés, qu’ils soient généraux (Loi travail, la réduction du temps de travail à 32h, la lutte contre la précarité et pour la sécurisation des parcours professionnels, la fin de l’exploitation des jeunes sous formes de stages reconduit indéfiniment et pas ou peu payés, autant d’éléments que le jeune camarade Mickael Lablanche qui représentait l’UD CGT à la réunion du Gond en avril à détaillé, de retour du Congrès de Marseille, que ces combats soient sectoriels (l’énergie, les transports, l’éducation, la santé) ou spécifiques (les programmes scolaires, les indemnités, le salaires des fonctionnaires, le code de la Fonction publique,…). Le seul réel blocage qui existe donc et qu’il faut contribuer à détruire est le blocage idéologique, conduisant la population, en particulier les jeunes, à penser qu’en dehors du système actuel, rien n’est possible. Indépendamment des débats d’appareils nationaux, il est de notre responsabilité morale et politique, sur notre territoire du Nord- Charente et du département, de montrer que des alternatives existent, car ici, personne ne le fera à notre place. Il est possible de faire autrement, et de construire un autre avenir, mais rendre ces alternatives et cet espoir crédibles aux yeux de tous est un combat de tous les instants. Lutter de manière unitaire contre les régressions, se battre collectivement, comme avec les Lafarge, les Leroy-Somer,  les sans- papiers,… pour faire respecter la loi et protéger les salariés, pour acquérir des droits nouveaux et faire partager des analyses et des propositions, sont des constantes, voir l’ADN de l’activité des militants du parti. Comme je l’ai déjà dit lors de la préparation de la Campagne des Régionales, durant laquelle nous avons contraint à l’unité des forces politiques qui partagent nos analyses, mais qui nous sont historiquement hostiles. Nous sommes les artisans de l’unité, nous sommes les garants, et elle ne vaut que si nous en sommes en même temps la base et le centre. Nous avons montré que le pire n’était jamais sûr, puisque nous avons réussi un arc unitaire inédit dans le département: (PCF,PG,ENS, PCF, Citoyens, PS) Mais là aussi nous sommes face à un blocage.  Mélenchon qui s’est autoproclamé, « Homme de gauche Providentiel » hors système,  d’une 5 combattre par ailleurs mais il n’est pas à une contradiction près, ferait mieux d’abandonner sa référence perpétuelle à Mitterrand, pour l’élaboration de son destin politique individuel, pour convoquer les grands esprits, pétris d’humilité, que nous avons soutenu durant ces 40 dernières années, Mandela, comme aujourd’hui encore Marwan Barghouti. ème ème  République vieillissante, 5  République qu’il dit En effet, Mandela disait « Aucun de nous agissant seul ne peut atteindre le succès, c’est ensemble et dans l’unité que nous irons vers la victoire ». Pour l’instant nous sommes bloqués, bloqués par Marcelle Leduque, porte parole Charentaise  de JLM2017, NON ÇA C’EST PLUTOT UN ATOUT !!! En revanche l’attitude du PG est un blocage, car il active des verrous, comme autant de préalables aux discussions de campagne législatives. De ce point de vue, l’attitude du PG qui vient d’annoncer qu’il aura des candidats dans chacune des circonscriptions dans chaque départements, est une stratégie aussi artificielle qu’électoraliste, qui met gravement en danger l’unité construite depuis plus d’un an, et qui risque de favoriser le PS, et en tout cas qui ne permettra pas d’empêcher la Droite de vouloir tenter de « cueillir à froid » de nombreuses circonscriptions, pourquoi pas en Charente d’ailleurs. Elisabeth Guimard Maire de St Mary et Coordinatrice du PG16 (Mai-JUIN-maintenant juillet…n’ose pas me le dire, mais nous fait lanterner, tant que nous n’avons pas fait allégeance à JLM2017 !) Nous devons dès maintenant nous mettre en ordre de marche, mais dans quelle configuration ? Si nous y allions que PCF, ce serait analysé comme un « rétrécissement », « une forme de repli », après l’unité créé aux départementales et aux régionales. Réactiver le FDG, difficile vu les blocages du PG ? Alors créer une nouvelle entité politique rassembleuse, comme un Front Populaire et Citoyen, 80 ans après ? Pourquoi pas ! Les conditions l’exigent.  Cela à d’ailleurs été l’un des thèmes de discussion du dernier Comité Départemental Fédéral de jeudi. En marge certains camarades ‘Alain/ Serge/Michel… m’ont sollicité pour porter électoralement cette dynamique. Mes camarades, je reste bien sûr disponible pour poursuivre le travail engagé. Car nous nous relevons peu à peu de notre déconvenue, de notre déception après la campagne aussi collective qu’exemplaire des Régionale, durant laquelle nous avons fait bouger beaucoup de lignes. Mais à partir des attentats du 13 novembre, les vents contraires nous ont balayés sans que nous ayons le temps de les arrêter. A ce propos, et parce que nous ne nous sommes pas beaucoup revus depuis cet hiver, je voulais remercier les très nombreux camarades, militants du Parti, d’associations ou d’ailleurs pour les très nombreux messages de soutien, d’encouragement à poursuivre et les témoignages de confiance, qui me sont allé droit au cœur. Comme le disait Mandela, « Je ne perds jamais, parfois je gagne, sinon j’apprends » Continuons ensemble, sur le Nord-Charente, le pays de Cabanais, de Pays de Tardoire » à apprendre aux contacts de gens, à leur apprendre Pays de Tardoire » à apprendre aux contacts de gens, à leur apprendre le refus de la résignation, pour progresser et gagner ! Merci à vous les camarades !" 

 

Un peu plus tard, nous avons survolé quelques sujets d'actualité, et notamment le cas Mélenchon. Véronique nous a montré une légitime inquiétude à ce sujet, revenant sur ce candidat auto-proclamé. Elle craint des dispersions.

 

Rémy tint à saluer la leçon de démocratie donnée par les Anglais sur le Brexit. Il posa ensuite cette question concernant la loi El Khomri : « Quels sont réellement les points positifs pour le monde ouvrier ? Personnellement, il n'en vit aucun, comme le reste de l'assemblée d'ailleurs !

 

Nous eûmes droit ensuite à une belle intervention de Patrick. De sa voix cassée, il sut néanmoins développer une analyse fine des postures de Jean-Luc Mélenchon. Il nous expliqua notamment que celui-ci comptait sur les frondeurs pour un ralliement à sa cause. Invité d'honneur dans la dernière émission « Des paroles et des Actes », il ne brilla pas par ses habituelles « tirades »...

Patrick insista sur le fait que notre parti devait s'engager rapidement à l'assaut de l'élection présidentielle. Pour lui, nous devrions nous positionner clairement avant le mois d'octobre.

Enfin, il rappela que nous nous étions déjà fait rouler dans la farine par le PS, puis le Front de Gauche, qu'il allait falloir être plus vigilants sur cette élection... Il tint à ce que nous n'oubliâmes pas que les Frondeurs allaient rester attachés, même en pointillés au PS.

Il est nécessaire, affirma-t-il, que le PCF se démarque, se positionne, s'explique...

 

Le capitalisme n'est pas mort et a encore (hélas!) de belles années devant lui...

 

Marcel fit un rappel sur ce que sont les charges sociales, en appuyant bien sur leur origine, leur rôle, leur légitimité. Patrick n'oublia pas de préciser que le travail était générateur de richesses, donc le terme « charge » était inapproprié. Jacky étoffa ce sujet en donnant l'exemple du Service Civique destiné aux jeunes, contrat de travail n'incluant aucune cotisation Retraite et Chômage.

 

Pour terminer, l'assemblée reconnut, à l'unanimité que Christophe Mauvillain était le candidat naturel pour les prochaines Législatives. Notre section proposa sa candidature.

 

Enfin, les dates de nos prochains rendez-vous clôturèrent cette réunion, et en particulier celle lançant notre campagne des Législatives (11 juillet).

 

Nous fîmes également le point sur les volontaires chargés de se rendre chez les gens, en vue de remplir le questionnaire sur la Consultation citoyenne.

 

Une ratatouille-maison, parfaitement préparée par les maîtres des lieux, récompensa notre travail et nos échanges...

 

 

Jacky Wallart

Posté par Jacky Wallart à 13:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2016

Présentation générale

 

Présentation générale

 

Puisque c'est ici le début d'une aventure entre ce blog et vous qui êtes en train de le parcourir, il me semblait nécessaire de commencer par une présentation succinte de notre petite bande de camarades (les portraits viendront plus tard !). Les articles suivants s'adresseront ainsi à vous qui avez vu de la lumière et avez osé pénétrer en notre modeste demeure, ainsi qu'à tous les camarades actuels de notre section...

Par essence, un blog se doit d'être ouvert à la discussion. Tout sera toléré ici, à commencer (justement) par la tolérance, le respect de l'autre ainsi que les divergences d'opinions... Les propos haineux, discriminatoires, racistes, homophobes et dénués d'intérêt commun seront supprimés, systématiquement et indéfiniment...

Tout d'abord, un rapide coup d'oeil sur ce qu'est une section. Chaque département comporte une Fédération du Parti Communiste Français, laquelle est découpée en sections géographiques. Celle de la Charente en détient actuellement 11 : Angoulême, Chabanais, La Couronne, Cognac, Confolens, Nord-Charente, Rouillac, Ruelle, Soyaux, Sud-Charente et la nôtre, dénommée "Bonnieure-Tardoire".

Cette dernière ("notre petite famille") compte 56 adhérents. Nous nous réunissons environ toutes les 4 à 5 semaines. La présence n'est bien sûr pas obligatoire. D'ailleurs, il est rare d'être au complet. Mais nous sommes toujours suffisamment nombreux pour nourrir un débat autour d'idées figurant, ou non, à l'ordre du jour. Les communes nous accueillant (gracieusement) restent dans le périmètre de notre section. Nous pratiquons aisément le covoiturage. Lorsque c'est possible, et ça l'est presque toujours, nous clôturons notre réunion par un repas, pris en commun. Là encore, rien n'est exigé. Reste qui peut, ou qui veut.

Pour participer à nos assemblées, personne n'est tenu d'être adhérent. Nous laissons librement le choix aux visiteurs de passer de l'étape du sympathisant à celui de membre partisan, et même de rester sympathisant.

En espérant vous avoir convaincu à franchir prochainement le seuil de notre "demeure du bien commun", pour assister à l'une de nos prochaines réunions, et apporter votre pierre à l'édifice. Nous aimerions notamment entendre les idées des jeunes générations, leurs doléances ainsi que leurs aspirations les plus nobles étant perpétuellement au coeur de l'actualité sociale...

Naturellement, si vous ne teniez pas à vous déplacer, vous pouvez tout-à-fait utiliser ce blog pour lancer une discussion autour d'un sujet vous tenant à coeur, mais également pour tenter d'obtenir des réponses à des questions de société (il n'en manque pas !).

Comme je le disais plus haut, nul besoin de clés, la porte reste toujours ouverte au PCF, c'est même l'un de ses principes fondamentaux...

Je "nous" souhaite un bon voyage !

 

 

Posté par Jacky Wallart à 09:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]